Home » Français » L'ouverture 'Poc'

L'ouverture 'Poc'

Allegro, ma non tropo


La vanille, la cerise, la myrtille, le chocolat, vous connaissez bien les arômes un peu tirés par les cheveux pour préconiser n’importe quel vin.


Ce qui va encore, c’est la distinction entre le bois de chêne français ou américain, mais j’ai horreur des ‘appellations’ prétentieuses, également employées pour promouvoir du pinard ‘élevé’ au château grand ordinaire. Si je suggère qu’un pinot noir de Bourgogne sente la crotte de veau, devinons ce qui risque de nous entrer dans le nez comme arôme.
J’aime surtout la passion des raisins qui ondule tous les sens. Je prends mon temps pour savourer, le temps comme dans la musique, où il y a des vins qui se prêtent à un andante et d’autres qui sont plutôt vivacio.


Mieux encore, pour stimuler l’imagination dégustative, je propose des sons naturels pour remplacer les arômes désignés. Un vin subtil fait vibrer des hirondelles dans a tête. Un vin agréable va inviter les vanneaux aux prés à s’envoler, puisqu’un un vin fort résonnera comme le hibou.


Prenons le Morgon, un cru du Beaujolais, avec son chant de merle parmi les cigales à la fin de la journée, remerciant le soleil avant qu’il se couche. Vive la musique, l’ouverture ‘poc’, au son du bouchon qui promet une symphonie oenologique.

Vive la révolution de la ‘vinphonie’, prenant le temps: allegro, ma non tropo.